The Tree Book

The Tree Book is about the expansion of consciousness. It is a novel which structure is one of a tree.

Luke is the main character. His life takes turns and bends in such unexpected ways sometimes, that all he believes and holds on is shattered.

Then, new doors open and he is invited to experience other paths, be they on high grounds, down below the surface of the world as he thinks he knows it, or in other dimensions.

The writing of The Tree Book is an ongoing process as it expands and blooms in many directions. I am only the humble channel for it to unfold and reveal itself.

I write it in French and have translated some excerpts in English, which I invite you to discover here.

More uploads to come in the future.

Excerpts

The Chant

Errance

Extraits

Le Chant

Courir

 

The Chant

 

 

Breathless, Luke knows that he cannot carry on. He hides behind a blackened car. It is too hot. The dust dries his throat. He wipes the sweat off his forehead with a shaking hand. His chest can barely hold his heartbeats. All around, screams follow explosions in an infernal endless sequence. Everyone escapes the chaos. Children run beside the women who hold the youngest ones. In the back line, the men desperately attempt to slow down the enemy’s progression. But they know, deep down, that they barely have a chance to survive.

 

Luke closes his eyes for a while. He believes in the furtive illusion that if the flow of images stops, reality would change. Of course, it would not! The cries, the mothers’ screams to hurry the kids up and the running steps that beat the ground… these sounds alone are telling the horror.

Suddenly, a loud explosion resounds.

Yells. Clouds of dust. Luke lets out a scream from his knotted guts while crouching down, his arms covering his head. He shudders. Time exists no more. Reason too has shattered. Sobs rack his entire body. He is scared, terribly scared.

 

After being still for what seems an eternity, he opens his eyes. Slowly. The blend of gunpowder, blood and burning saturates the air with sickening exhalations.

Luke needs to throw up.

Yet, in the midst of the surrounding cacophony one sound catches his attention. The fear that held him down with implacable grip rapidly fades away and vanishes.

Luke listens.

Cries.

These cries draw his attention with persistent intensity. He wants to stand up, but his whole body aches. His muscles do not obey his mind anymore. Which mind? It feels like it exploded and spread out. Somewhere. Far away.

But here it is different. He senses the call in his belly. It’s urgent. He must act now! He grips the car door with no more windows and tries to pull himself up. The cries guide him. His eyes levelled with his hands, he can see now. He gazes through the black carcass of the vehicle, then through the flow of legs all scurrying off in the same direction; and over there, on the other side of the street, in full sunlight but hardly visible under the woman’s still body spread out over it, the baby screams. The piercing cries are the only sound that Luke now perceives. His eyes riveted on the tiny body, he stands up, walks around the car, crosses the street pouring its fleeing horde and gets closer to the screaming child swaddled in a blood stained cloth; he lifts the shoulder and heavy arm of the dead woman and takes the baby. He holds it tight against his chest and whispers soothing words to comfort it. He strokes its back, cradling it instinctively, wipes its tears with his dirty hands and presses his cheek against its one. Holding the baby in his arms is the only thing that matters. The only reality there is.

It is too hot. Luke loosens the cloth to give it more space and puts it back in the shade of his body while murmuring gentle words.

The baby calms down. Luke too.

The image of his own mother cuddling him comes to his mind. Her love, her joy. Their joy. Securing and nurturing. Luke reconnects with sensations long forgotten and cries. The little body against his, he feels reassured. Together they are strong. Stronger than anything. They are indestructible.

Luke smiles.

 

And then from the core of his heart, a chant is rising.

Like an echo, it starts resonating deep within his being. It gradually increases and expands. Luke feels his chest vibrating against the baby and sings louder now. He doesn’t know this song. He has never sung like this before. He did not even decide to sing.

This chant is given to him. It travels through his whole being, inhabits him and fills the intimate space of their presence, the two of them. Then it diffuses all around them, gives itself and reaches out to touch the others.

The children are the first to hear it. While they are carried away by their frantic run, they cannot help but slow down and stop, ready to abandon the protective hand that pulls them away. They are ready to give up the escape, the fear as well as the promise of a happier horizon... to listen. The first ones were scolded and taken away. But now an increasing number have succeeded in breaking off the frenzied flow to stay with the man who carries a baby and sings.

 

The children stand around Luke and listen.

Some mothers, reluctant at first, are forced to stay. They too listen now. Then, from the growing crowd, one child joins his voice with Luke’s. A few others follow. Then more and more of them. The voices of the women finally rise. All together they sing and rediscover joy, peace and strength. Luke can hear and see them. They realise in turn that their singing makes them invincible. The communion of their voices, unknown to them until now, lifts their spirit.

They no longer see or hear explosions.

Neither are they aware of the transformation they provoke all around them. In the vibrating field of sound that expands, the power of their choir brings about unbelievable actions: the fallen walls rebuild themselves, colours start shining again, the shards of glass reassemble and the bodies torn apart reform…

 

The armed men who perpetrated the attack are now approaching, pointing their guns to the odd group of women and children gathered around Luke. Incredulous, and suspicious of them, they want to shoot but they cannot.

An increasing halo of peculiar light is surrounding those who sing. The weapons are lowered; some are dropped on the ground. One of the men falls to his knees. Another one follows. The rest keep standing, dumbstruck. They are unable to understand what is happening. Hit by the light and touched by the powerful vibrations of the singing, they are entirely drained of their will to kill.

Moreover, an unexpected transformation takes hold of them. Their reality dissolves and collapses under their very eyes. Their beliefs are swept away while revealing themselves as many lies and illusions. They now reconnect with their truth: from within each of them emerge images, voices, memories, desires and dreams from childhood, joys, laughter, beloved landscapes and faces. Bit by bit they retrace the distant path they have left as they were deluded with beliefs and certitudes, acts and reactions, renunciations, resistance and abandonment, obsolete dogmas and absurd conditionings on which they held tight, desperately and blindly, making them the breast of their life, or even mistaking them for Life itself.

 

In a state of despondency where their consciousness is slowly awakening again, they step aside and let the children, the women and the man with a baby walk by and sing.

Errance

Luke cannot bear his life anymore.

Today he leaves everything behind,

once again. But this time, it is for good.

He knows it.

 

 

Am on board

Corridor smelling piss

Away

Am on the verge to be away

 

Ready to go

Steady move

Trees, fields and roofs

Running fast

 

No memories

Enough space in the past

Am just a wanderer

Escaping the heaviness of stillness

 

Don’t touch me, am off!

 

No need to trust

Am only where I am meant to be

No need to decide

The illusion of choice has long gone

 

Eyes closed

Terry Lee Hale’s “Gold Mine”

On this bumpy ride

No need to feel

It fills me up anyway

*

Distant voice and riffs

Am back from unconsciousness

Dry mouth and dirty lashes

 

Want a beer

Have fags only

Smoke and clouds merging

 

Laughing at my credulity

“All is One” they say

My arse!

They won’t get me

Will never go back

Carry on moving boy...

 

Pretending and believing

Bullshit!

 

And another fag

Let’s get lost in the mist

No more vision

No more doubt or certitude

All gone!

Born in blood and shit

Won’t die there!

Beauty in this world

Resides in clouds only

Want to be held in clouds

Cuddled and loved by clouds

But can’t

Fucking world!

No angels on my path

Forgiveness forgotten

Fly, walk or die...

Will wander lost anyway

 

Am falling

Downhill all along

No rescue

No limit

No direction

 

Bloody nightmare of a life

Want to be held

No one there

Ever

 

Freedom of the void

Sign posts burnt

Life burnt

Why being hungry, still?

 

Want to shut my body up

Heavy with emptiness

Useless matter

Dead weed

 

What more is left?

What for?

Brain of shit

Proud to be the leader

 

“On board everybody!

Let’s go to the end of the journey

Forget the truth

And mind the gap!”

1

 

Why is he staring at me this one?

Wants a picture of me?

Can’t let me be invisible?

What’s wrong with him?

 

Controllers... Shit!

Another bad luck trick

Piss off!

 

The mad-eye guy stands up

Pays for my ticket

And sits next to me

Don’t want company!

 

I thank him though

Starts asking questions

Mute

Speaks of Love

 

If I look lost

He sounds crazy!

Bloody loopy hippie

Can’t tell him off though

 

Change of life

Trust

Open your heart

The usual worn out tune!

 

Leave me alone

If he paid for my ticket

To have someone to speak to

He chose the wrong lad

Shakes my hand

And wishes me good

Yeah,

See you!

Can’t stand to

Be sermonised

Not a bad guy though

Why still think of him?

 

Left a trace in me

A sticky sense of

Feeling better now

A touch of softness

 

Wow!

 

*

 

 

Green hills

Sharp shadows

Blue sky and

Still fluffy clouds

 

Feel lighter

Might get off

At the next stop

Let’s see

 

A platform in the wild

Feel the air

Deep breath

One step after another

 

Cows at peace

Focused on main

And unique task

Eat-and-shit

Up the hill

No one around

My own pace

My solitude

My only truth

My own peace

Untouched and pure

They stand by me

 

Lonesome

Free and lost

The trees only

Stare at me

 

No spoken words

Time is filled with

Silence

On this aimless road

 

Dusk and darkness

To come

Sleep

Shelter

 

A barn?

Here it is

Behind the bend

Blink of fate

 

Trust

He said

The light hits

The wooden door

 

Dust and straw

Dry and warm

O Mother!

Love your rough blond hair

Dozing

Floating mind

Between wake and dreams

2

Aches and pain

Relegated to the realms

Of dull matter

 

Renewed senses

Light consciousness

I am tasting a newborn reality

So fucking good!

 

Sleep, sleep...

Dark Sister

Take me away

From futile thoughts

*

 

Pitch black

How long?

White line

Around the door

 

Up and out

Sharp shadows again

Black silhouetted trees

 

The full Moon!

Subtle sense of awe

I am aspired

Into the Light

And bathed

In soothing sadness

 

How to forget?

I am part of this Whole

And recalled to join again

Face to face

With the Moon

Opened up by

Her touch

So real

So slowly deep

So here and now

 

The silver blade

Of Her light

Cuts through me

In a caress

 

I surrender

To infinite softness

Oh forgive me!

I remember now

 

Yes, I remember

 

Silence

Stillness

 

Infinity

 

Won’t be back

To the Hole

I promise

I KNOW

Emerging gently

My hands

Palm open

Shine back at Her

Impulse

Intuitive motion

Walking

 

Cracking steps

In the soundless night

Feeling my body moving

Absorbing

Through my flesh

 

Movement and stillness

Inner and outer worlds

Merging

Within my Being

 

What is that newness?

What?

No more mind

 

Embracing

All that is

 

Steady pace

Aware of each step

I allow myself

To be led

 

To be guided

Anywhere

To nowhere

 

Trust

He said

Isn’t it what I do?

Improving senses

My vision sharpens

Smell of damp grass

Distant whispers

3

Owl and bats

Black oaks

Pointy pines

 

Path running

Downhill

Through dark

Woodland

 

Humid air

Soaking my lungs

Sounds returned

To me faster

Under the canopy

 

Black branches

Draw moving shapes

Of moonlight

She plays hide-and-seek

 

Song of water

Nearer

Louder

I listen

 

I walk down

I come closer

Path bending

More light

 

Space opening

Brightness

Stop

In shock

Breath cut

My heart thumping

I am hit by Grace!

Her arms flowing

Snakes of light

Curved hips

Spheres

Circles

 

Naked

She is dancing

She is singing

 

Water

Light

Earth

Sounds

Movements

Beauty

Air

Humidity

Grace

Harmony

Femininity

Origins

No-Time

Melody

Stillness

Prayer

Heartbeat

Immemorial vision

Fear

Fascination

Wilderness

Moonlight

Oneness...

She is dancing

She is singing

Facing the Moon

She is naked

I shouldn’t be here

I am not supposed to see this

I am violating Sacredness

I am an intruder

 

But I won’t leave

I can’t

No more mind

This is All That Is

 

Shaking

Short breath

Who?

Why me?

 

No more mind

This is Beauty

 

She is dancing

With the Wind

She is dancing

With the Earth

 

The Light moves her

 

Woman

Goddess

Illusion?

 

What am I seeing here?

I SEE

I FEEL

 

Caught

Drawn

Dragged out and

Torn

4

Fascination

Sucks my substance out

I am no more

 

Empty

Humble

Shapeless

And little

 

Although

I feel huge

And alive

So truly alive!

 

Blindness

Revelation

Abandonment

I am done

She is dancing

With my life

She is singing

To awaken me

Her wordless chant

Penetrates

What is left of me

It fills my inner space

 

Sublime theft

I am robbed of my Self

I am burnt from inside

And left to drift away

 

Alchemist of my loss

She captivates my soul

And gives, and gives, and gives

Her Light

Naked truth

She has transmuted

All the elements

Into radiance

 

All is One.

5

 

Le Chant

 

 

À bout de souffle, Luke sait qu’il ne pourra pas aller plus loin. Il se cache derrière une voiture calcinée. Il fait trop chaud. La poussière de terre battue lui dessèche la gorge. Il essuie son front en sueur d’une main tremblante. Sa poitrine peut à peine contenir les battements de son cœur. Tout autour de lui, les hurlements répondent aux explosions en une suite infernale dont nul ne peut imaginer la fin. Tout le monde fuit. Les enfants courent aux côtés des femmes qui portent les plus jeunes. Les hommes, restés à l’arrière, tentent désespérément de ralentir l’avancée de l’ennemi avec le peu de moyens dont ils disposent. Ils savent, au fond de leur cœur, qu’ils ont peu de chance de survivre.

Luke ferme les yeux un instant.

L’illusion furtive qui le traverse lui donne à croire qu’en arrêtant le flot des images, la réalité en sera transformée. Il n’en est rien, bien sûr. Les cris, les pleurs, les encouragements précipités des mères, les bruits de course qui martèlent le sol, tous ces sons à eux seuls suffisent à dire l’horreur.

Soudain, une explosion retentit. Hurlements. Nuage de poussière. Luke n’a pu retenir un cri sorti des profondeurs de ses entrailles nouées et s’est instinctivement recroquevillé, les bras autour de la tête. Il tremble de tout son corps. Le temps n’existe plus. La raison a, elle aussi, volé en éclats. Il est secoué de sanglots. Il a peur. Horriblement peur.

Au bout d’un temps qu’il ne saurait mesurer, prostré, immobile, il ouvre lentement les yeux.

Les odeurs de poudre, de sang et de brûlé se mêlent et saturent l’air de leurs effluves écœurantes.

Luke a envie de vomir.

Un son, au milieu de la cacophonie générale, attire son attention. La peur qui l’a terrassé jusqu’à présent de sa poigne implacable, s’estompe et se dissout. Il écoute. Les pleurs. Des pleurs en particulier, dont l’intensité constante l’appelle. Il essaie de se relever. Ses muscles tétanisés le font souffrir et refusent l’injonction de son esprit. Quel esprit? Il lui semble qu’il a éclaté et s’est éparpillé. Ailleurs. Loin. Mais il y a autre chose. L’appel, il le perçoit dans son ventre. C’est urgent. Il faut qu’il agisse vite. Il s’agrippe à la portière sans vitre de la voiture et tente péniblement de se hisser. Les pleurs le guident. Les yeux tout juste à hauteur de ses mains, il voit enfin. Son regard traverse la carcasse noircie, puis le flot des jambes qui détalent dans la même direction et là-bas, de l’autre côté de la rue, en plein soleil, dépassant à peine du corps de femme immobile qui le recouvre, le bébé se débat en hurlant. Plus aucun autre son ne parvient à Luke que ses pleurs aigus.

Sans le quitter des yeux, il se lève, contourne la voiture, traverse la rue qui déverse sa horde fuyante, s’approche de l’enfant emmailloté dans un linge taché de sang, soulève l’épaule et le bras lourds de la femme morte et le prend dans ses bras. Il le colle contre sa poitrine et lui murmure des mots rassurants, de réconfort et d’apaisement. Il lui caresse le dos, le berce instinctivement, essuie ses larmes de ses mains sales, pose sa joue contre la sienne.

Tenir l’enfant dans ses bras est la seule chose qui compte. La seule réalité qui soit. Il desserre le tissu pour lui donner plus d’espace. Il a trop chaud. Il le remet contre lui, dans l’ombre de son corps et continue à le bercer en lui soufflant des mots doux.

Le bébé s’apaise. Luke aussi.

Lui vient l’image de sa propre mère le berçant. Son amour. Sa joie. Leur joie. Sécurisante, nourrissante. Luke retrouve des sensations longtemps oubliées. Il pleure. Le petit corps contre le sien, il se sent rassuré. À eux deux, ils sont forts. Plus forts que tout. Ils sont indestructibles.

Luke sourit.

Alors, du fond de son cœur s’élève un chant. Un écho. Qui se propage et se met à résonner des profondeurs de son être vers l’extérieur. Il augmente. Il s’amplifie. Luke sent sa poitrine vibrer contre celle du bébé et il chante plus fort.

Il ne connait pas ce chant. Il n’a jamais chanté comme ça. Il ne l’a pas décidé. Ce chant lui est donné. Il le traverse, l’habite et se répand, ici dans l’espace intime de leur présence à tous deux, puis autour d’eux. Tout autour. Il se diffuse. Il se donne. Il touche les autres. Les enfants sont les premiers à l’entendre. Dans leur course effrénée, ils ralentissent, ils sont prêts à lâcher la main protectrice qui les entraine, qui les tire. Ils sont prêts à abandonner la fuite, la peur, la promesse d’un ailleurs plus heureux, pour écouter. Les premiers se sont fait tancer et emporter. Mais à mesure que leur nombre croît, certains ont réussi à rompre le flot éperdu pour rester là où l’homme qui porte un bébé chante.

Debout autour de lui, ils l’écoutent. Des mères, d’abord réticentes, sont forcées à rester elles aussi. Elles écoutent à leur tour. Et c’est alors que de la foule grandissante qui ne fuit plus, un enfant joint sa voix au chant de Luke. Et un autre. Puis d’autres encore. Ils chantent. Ils redécouvrent la joie, la paix, la force. Luke les entend et les voit. Ils comprennent eux aussi que leur chant les rend invincibles.

Les voix des femmes s’élèvent enfin. Tous sont portés par l’effet jusqu’alors inconnu de la communion de leurs voix. Ils ne voient ni n’entendent plus d’explosion. Ils ne voient pas non plus la transformation qui s’opère autour d’eux. Dans le champ de plus en plus vaste que créent les vibrations de leur chœur, les murs écroulés se reforment, les bris de verre se rassemblent, les couleurs retrouvent leur éclat, les corps déchiquetés se recomposent...

Les hommes armés qui ont perpétré ce chaos approchent. Incrédules et méfiants, ils pointent leurs armes sur le groupe incongru de femmes et d’enfants rassemblés autour de Luke. Ils voudraient tirer mais ne peuvent pas. Une lumière particulière qui forme un halo grandissant englobe ceux qui chantent. Les armes sont abaissées. Certaines tombent au sol. Un des hommes tombe à genoux. Un autre en fait autant. D’autres restent debout, cloués par la stupéfaction. Ils ne comprennent rien. Ils sont peu à peu happés par la lumière, touchés par les vibrations sonores et totalement vidés de leur volonté de tuer.

 

Plus troublant encore, un changement inattendu et soudain s'empare d'eux: leur réalité s'effondre et s’évanouit sous leurs yeux, leurs croyances sont balayées au moment où elles se révèlent comme autant de mensonges et d'illusions.

Alors, en chacun d’eux surgissent des images, des voix, des souvenirs, des désirs et des rêves d’enfants, des joies, des rires, des paysages et des visages aimés. Ils retrouvent peu à peu le chemin dont ils se sont éloignés, qu’ils ont perdu pour s’égarer vers des croyances et des certitudes, des actes et des réactions, des renoncements, des résistances et des abandons, des dogmes obsolètes et des conditionnements absurdes auxquels ils se sont accrochés, éperdument, aveuglément, en en faisant les mamelles de leur vie, en les prenant pour La Vie.

Dans leur état d’abattement, où se réveille lentement leur conscience, ils laissent passer Luke et le bébé, les femmes et les enfants qui marchent en chantant.

 Courir

 

1

 

Dans le métro parisien.

 

La sonnerie retentit.

Luke dévale l’escalier quatre à quatre et déboule sur le quai.

Il s’engouffre dans la rame, haletant ...

 

 

« Ouf! Je l’ai eu! »

Luke s’accroche à la barre et reprend son souffle. Son attitude provoque le silence. Tous les yeux sont rivés sur lui. Une femme a reculé brusquement en serrant son sac sur sa poitrine, tandis que d’autres se sont éloignés de lui plus discrètement. Et maintenant, tous le fixent.

Peu habitué à être le centre d’une attention aussi intense, Luke les regarde les uns après les autres d’un air de dire “Bah, quoi?”.

Cependant, ce qu’il perçoit à mesure qu’il les observe, dans la tension grandissante du silence, ne trompe pas. La raideur des corps confirme leur désapprobation : mépris, dégout et incrédulité ici, condamnation, reproche et peur là, révèlent clairement à Luke qu’il a, une fois de plus, commis une erreur.

En fait, il commis l’Erreur par excellence :

Il a couru !

*

Arrivé devant son appartement, Luke s’arrête et colle son oreille à la porte.

Il écoute.

Lui parviennent des sons étouffés de vaisselle qui s’entrechoque. Il regarde sa montre: il est dix-sept heures précises. Son corps se relâche, il n’est pas en retard. Il introduit sa clé dans la serrure, et compose un sourire tranquille. La porte tourne sur ses gonds.

Il lance:

- Bonjour ma chérie, c’est moi!

Silence bref.

Il dépose ses clés dans le petit panier en osier prévu à cet effet sur la commode. Les pas lourds et rapides de sa femme se rapprochent. Elle se plante devant lui sans un mot. Son regard froid le parcourt de la tête aux pieds. Perplexe, Luke vérifie qu’il se tient encore sur le paillasson. Il a pris soin d’essuyer ses chaussures sur la grille extérieure, puis sur le grand paillasson du hall d’entrée.

Son sourire ne parvient plus à rester aussi serein qu’il le souhaiterait et se fige en une grimace douloureuse.

 - Tu es en retard! lui dit-elle sèchement.

Luke ne comprend pas. Sa montre indiquait dix-sept heures quand il était sur le point d’entrer. Il la regarde d’un air hébété. Il s’apprête à répondre, mais elle le devance et lui jette:

- Tu as encore oublié le pain!!

Prenant conscience de sa faute, Luke porte vivement une main à sa bouche entrouverte. Merde de merde! C’était trop beau!

 

Sa femme tourne les talons, plus raide encore qu’à son arrivée. Luke reprend ses clés et sort, abattu. « Quel imbécile! » se reproche-t-il.

Pour une fois, il aurait pu éviter les foudres de sa femme et qui sait, amener un peu de douceur - non, n’exagérons pas – disons, un certain confort ou une once de paix dans leurs premiers échanges. Elle aurait peut-être même retenu un sourire? Mais non, une fois de plus il a fallu qu’il gâche tout. Décidément, il ne saura jamais faire ce qu’il faut!

 

Luke dévale l’escalier en essayant de faire le moins de bruit possible. Arrivé sur le trottoir, il marche d’un bon pas vers la boulangerie. Il aperçoit un vigile posté à l’angle de la rue, observant tout individu qui pénètre dans son champ de vision. Au moment de le dépasser, Luke baisse la tête.

 

La boulangère l’accueille avec un sourire amène et, dans les yeux, un éclair de tendresse compatissante. Elle dépose le pain sur le comptoir et lui dit :

- Et pour madame, une petite brioche aujourd’hui?

Luke s’empresse de lui répondre dans un sourire :

- Oh oui! C’est une bonne idée! Ça va peut-être… enfin, ça lui fera plaisir, oui!

Il paie, salue la boulangère et sort rapidement.

Le vigile n’est plus là. Luke balaie les alentours du regard, puis se met à accélérer au point de trotter tous les deux ou trois pas, comme si des doubles croches s’immisçaient ça et là entre les noires. Il avance vite et traverse la rue en courant presque. Rattraper un peu le temps perdu, c’est toujours ça!

 

 

De retour chez lui, il dépose les clés dans le petit panier sans s’annoncer, cette fois. Puis, il reste un instant debout, immobile, tenant contre lui le pain et le petit sac en papier qui enveloppe la brioche. Il jette un coup d’œil à la commode et hésite. S’il les pose sur le bois fraichement ciré, il risque d’y laisser de la farine ou des miettes.

Impossible !

 

Il décide donc de retirer ses chaussures sur l’espace exigu du paillasson, non sans avoir soigneusement calé son chargement sous son bras. Il se penche, atteint le lacet de gauche tout en retenant son souffle. Il parvient à le défaire, puis s’apprête à en faire de même sur sa chaussure droite quand il entend la croûte du pain craquer !

Il suspend brusquement son mouvement et reste figé, plié en deux au-dessus de son soulier. Il constate avec soulagement que rien n’est tombé sur le paillasson immaculé. Il reprend son mouvement, plus attentif que jamais et finit par délacer sa chaussure droite.

Il se déchausse alors avec la plus grande précaution, rapproche ses deux chaussures d’une main, les saisit fermement puis les dépose d’un geste lent et contrôlé dans l’espace du casier qui leur est réservé, entre la commode et la porte.

Luke se redresse enfin et pousse un long soupir de soulagement, tout en massant doucement le bas de son dos. Il vérifie l’état du sol autour de lui, puis s’avance à pas feutrés vers le salon.

 

 Sa femme est occupée dans la cuisine. Comme elle ne l’a pas entendu arriver, Luke se racle la gorge pour annoncer son retour. Elle fait volte-face et se rue vers lui en s’essuyant rageusement les mains sur le torchon blanc à rayures rouges - le seul imprimé qu’elle supporte. Elle se plante sous son nez et lui assène, d’une voix dont la colère sourde le gifle:

- Qu’est-ce que tu as fait?!

Luke, pétrifié, ne comprend pas ce qu’elle veut dire. Quoi, encore? Il a le pain, il a rangé ses chaussures, il est en retard certes, mais ça c’est réglé. Alors, quoi?

La fureur de ses yeux noirs le transperce, mais il ne sait toujours pas quoi répondre.

 - Hein? Tu vas me le dire? La voisine m’a téléphoné: elle t’a vu!

Luke réussit à bafouiller:

- Mais...

- Y’a pas de mais! Tu le sais. Tu vas avouer?!

 

Le silence de Luke est pour elle une provocation.

- Tu as couru!!! hurle-t-elle.

Et elle se met à le frapper avec son torchon à rayures. Luke émet un cri étouffé et serre machinalement le pain contre lui. La croûte craque et des miettes tombent sur le tapis. Elle pousse un cri strident quand elle s’en aperçoit et fonce vers la cuisine, tout en continuant à le sermonner:

- Tu veux nous attirer des ennuis! C’est ça? Tu le fais exprès!

Elle revient avec une pelle et une balayette.

- Tu sais que c’est interdit, mais tu t’en fous!

 

Tandis qu’elle tente de ramasser les petits morceaux de croûte éparpillés dans un geste inutile puisqu’ils rebondissent sous le passage de la balayette, Luke se dirige discrètement vers la cuisine pour y ranger le pain. Il le met dans la huche en métal dont le rabat glisse et découvre son intérieur brillant et sans miettes. Il hésite, puis décide de laisser le petit sac contenant la brioche en évidence sur le plan de travail.

 

La voilà qui revient dans la cuisine après s’être acharnée à faire disparaitre toute trace nuisible sur son beau tapis. Elle actionne la pédale de la poubelle dont le couvercle claque contre le mur, elle y vide le contenu de la pelle, frotte la balayette en veillant à ce que rien ne tombe à côté ; puis elle emboîte le manche de la balayette sur celui de la pelle tandis que le couvercle de la poubelle retombe dans un bruit caverneux. Elle ouvre le placard à balai, et autre collection d’ustensiles et produits ménagers, et y suspend le lot au crochet prévu à cet effet. Puis, elle referme la porte et se dirige vers l’évier où elle se lave frénétiquement les mains.

Elle s’est tue et a cessé de harceler Luke.

 

Une fois qu’elle s’est essuyé les mains, Luke lui dit doucement et avec moult précaution, en lui désignant le petit sac:

 - Je t’ai rapporté une brioche.

 

Un éclair d’envie rayonne sur le visage de sa femme, puis disparait aussi vite qu’il est venu. Mais Luke l’a vu! Oui, merci la boulangère!! Il va peut-être, grâce à cette aubaine, passer une soirée sans trop de heurts.

- Tu t’imagines que tu vas racheter ta faute et m’amadouer avec ça. Et tu dépenses encore sans compter !

Elle débite sa tirade les yeux fixés sur le petit sac blanc tout en s’en approchant pour le saisir.

 

Luke ne l’entend plus. Il quitte la cuisine, un sourire victorieux mais discret aux lèvres, et la laisse à sa dégustation. Il sait qu’elle va d’abord séparer la petite boule de la grosse et la manger toute entière tout en sortant du réfrigérateur le beurre et la confiture de fraise ; ensuite elle va prendre un couteau pour couper la grosse boule en deux horizontalement, beurrer les deux moitiés et les couvrir d’une épaisse couche de confiture, puis elle va les manger debout adossée au meuble de cuisine en regardant par la fenêtre avec peut-être un gémissement de satisfaction et - peu probable, mais c’est déjà arrivé - un sourire de contentement, sans penser à lui… bien entendu.

 

Soulagé, et fier de son coup, Luke prend la liste des tâches à accomplir qu’elle ne manque jamais de mettre à jour. Il décide de commencer par la réparation de la tringle à rideaux de leur chambre.

Loin de lui peser, l’injonction de ses missions domestiques lui offre un espace où, immergé dans l’action, il échappe pour un temps aux remontrances de sa femme. Une fois le travail accompli, elle ne manquera pas de lui faire remarquer qu’il « a fait ça n’importe comment, comme d’habitude ». Luke s’en moque, et n’attend désormais rien d’autre en retour.

 

Il est d’autant plus ravi aujourd’hui que la réparation de la tringle implique qu’il soit dans la chambre, donc loin d’elle!

Le cœur léger, Luke s’apprête à chanter, mais se ravise et se contente de siffloter tout bas.

 

2

 

 

 

Luke sort de la bouche de métro et inspire l’air vif et piquant. L’automne pointe son nez ; c’est la rentrée des classes.

De nombreux enfants, tenus en laisse par leur mère, se dirigent vers les portes de l’école en arborant fièrement leur nouveau cartable aux couleurs vives.

Luke se souvient de la joie qui l’animait, le jour de la rentrée, quand il allait retrouver tous ses copains et qu’il courait à perdre haleine sur le talus mouillé de rosée, le cartable encore vide sautant sur son dos au rythme de sa course.

 

Dorénavant, c’est d’un pas plutôt lent et mesuré qu’il traverse tous les jours à la même heure l’immense bureau où s’alignent les écrans et les têtes de ses collègues. Il en salue quelques-uns au passage, et s’arrête à la place qui lui a été assignée le jour de son arrivée dans le service, il y a huit ans.

L’image qui s’affiche sur son écran présente une plage ensoleillée et bordée de cocotiers. Le message habituel de bienvenue, qui est inscrit aujourd’hui en lettres flottantes imitant le mouvement des vagues, surmonte le chronomètre indiquant à Luke qu’il doit être opérationnel dans trois minutes et douze secondes. Il regarde défiler les secondes, tout en enfilant le cardigan brodé au logo de la compagnie, qui a récemment supplanté la blouse en coton épais jugée rétrograde et démodée.

Luke est prêt en temps pour commencer le travail fastidieux et répétitif de vérifications des données, que tous ici ont à effectuer.

 

- Pssst !

Pierre, son collègue de droite, l’interpelle tout en jetant un regard furtif autour de lui, avant de continuer :

- T’as vu ce qui se passe dans les quartiers est ?

Luke, embarrassé par l’attitude de Pierre, lui réplique :

- Te penche pas comme ça, on va se faire repérer ! Je ne sais pas de quoi tu parles.

Pierre se ressaisit, fixe son écran et fait mine de se concentrer, puis reprend dans un murmure excité :

- Les émeutes, t’es pas au courant ? Faut dire qu’ils ont eu vite fait de couper tous les réseaux qui commençaient à diffuser des images. Mon cousin a juste eu le temps de m’envoyer un message, il habite là-bas. Ils ont bouclé toute la zone en interdisant à quiconque d’en sortir. Tu m’étonnes, ils ont trop peur que ça fasse trainée de poudre.

- Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Il parait qu’il y a une femme qu’est sortie avec son gamin sans l’avoir attaché. Au moment où elle s’apprêtait à lui mettre sa laisse, le mouflet s’est carapaté et a cavalé sur le trottoir pour lui échapper.

Pierre fait une pause et jette un rapide coup d’œil autour de lui avant de poursuivre :

- T’imagines la panique de la mère ? Elle est obligée de lui courir après. Evidemment, le môme se fait repérer par les vigiles. Elle, elle arrive sur eux en marchant le plus vite possible et là, les types les embarquent, elle et son gosse, direction la Section Locale. Elle est interrogée et sermonnée. Ils veulent garder le môme et l’envoyer en Centre de Redressement, elle proteste, ils la frappent - ce qu’ils ont nié ensuite en prétendant qu’elle était tombée en se débattant ! Ils la coffrent avec son gamin pour la nuit. Le lendemain, ils la libèrent et envoient le gosse chez les « redresseurs ». A trois ans, c’est plutôt raide ! Bref, les voisins s’émeuvent quand ils la voient revenir seule et dans un sale état ; ils se montent le bourrichon, ils s’échauffent et finissent par ameuter tout le quartier. Ça s’embrase et ça déborde, les gens descendent dans la rue et une poignée d’entre eux décide de faire le tour du bloc en courant, en signe de soutien et de protestation!

-  Mais, ils sont fous !

Les deux hommes se taisent tandis que le responsable d’étage passe derrière eux. Puis, Pierre reprend :

- En réalité, on ne sait pas depuis combien de temps ça dure. Certains disent que ça fait trois jours, d’autres une semaine. Ça m’étonnerait, je ne vois pas comment ils auraient pu empêcher l’info de circuler aussi longtemps.

- Tu rêves ! Avec les moyens qu’ils ont, c’est tout à fait possible.

- Ouais, mais ça peut pas tenir ad vitam aeternam. Ça commence à se savoir un peu partout.

- Ils peuvent toujours nier, y’a pas de preuves, rétorque Luke.

- Bah, enfin ! Les gens, les témoins et tous ceux qui vivent là-bas? Ils voient bien ce qui se passe, eux !

- Ils sauront les faire taire, d’une manière ou d’une autre. Je suis sûr que ça ne va pas durer. On parie ?

 

Pierre se tait et réfléchit. Puis, il demande à Luke :

- Selon toi, c’est perdu d’avance ?

- Mais qu’est-ce qu’ils veulent ?

- Je sais pas moi… protester, montrer à quel point c’est injuste ! C’est dégueulasse d’embarquer un môme si petit sous prétexte que sa mère ne l’a pas attaché à temps !

- Oui, c’est elle la responsable.

- Exactement. C’est naturel de courir quand t’es môme !

- Peut-être, mais c’est interdit. C’est pour ça qu’on tient les enfants en laisse. Pour les empêcher de courir.

 

Ils tapent sur leur clavier en silence pendant un bon moment, avant que Pierre ne demande :

- Tu te souviens de la dernière fois que tu as couru, toi ?

Luke ne répond pas. Une bouffée de chaleur l’envahit soudain, suivie d’un froid glacial qui lui parcourt l’échine. S'il s'en souvient?! Il a dévalé l’escalier pas plus tard qu’hier. Heureusement que la voisine s’est contentée d’appeler sa femme, et non la Section Locale!

Pierre n’attend pas sa réponse et enchaine avec un sourire :

- Moi c’est quand j’ai essayé d’attraper Marie pour l’embrasser. On ne se connaissait que depuis quelques jours et je mourais d’envie de la prendre dans mes bras. Je lui courait après, et elle faisait semblant d’avoir peur de moi et s’échappait dès que je l’approchais de près. Elle riait et me lançait des regards enjôleurs chaque fois qu’elle se retournait pour voir si je la poursuivais toujours. Quelle coquine ! Elle était vive et agile comme un cabri. J’ai fini par l’attraper et la renverser sur le sable. On était dans les dunes, sur la côte. Oh bon sang, quel premier baiser ! J’en ai des frissons rien qu’à le raconter. Ça fait trente ans de ça. C’était le bon temps !

 

Luke est soulagé d’avoir pu évité la question. Sa réponse eut été soit un mensonge, soit la révélation d’une faute. Il jette un coup d’œil à Pierre qui sourit, perdu dans la rêverie bienheureuse où l’a plongé l’évocation de ce souvenir.

Est-ce réellement la dernière fois qu’il a couru ? se demande Luke. Ou bien, est-ce celle dont il veut garder le souvenir ?

*

Les écrans flashent et affichent tous la même image : c’est l’heure du déjeuner. On s'étire, on baille, on se lève ; puis le flot des employés enfle et s’étire vers la sortie.

Pierre et Luke sont rejoints dans la cohue par Max. Celui-ci leur demande en chuchotant :

- Vous êtes au courant ?

Les deux autres échangent un regard rapide.

- Les émeutes ? demande Pierre, tout bas.

- Ouais, répond Max.

- On en parle au calme ?

- Ok.

 

 

Les trois hommes se dirigent vers un café peu fréquenté et choisissent de s’installer au fond de la salle pour être tranquilles. La commande passée, ils se resserrent spontanément au-dessus de leurs verres, tout en se gardant de prendre des airs de comploteurs.

- Ils ont cru pouvoir étouffer l’affaire, mais c’est raté ! commente Max.

- Tu parles ! Tout est calculé, répond Luke.

Les deux autres le dévisagent étonnés.

- Bah oui, ça parait clair : ils balancent l’info pour éveiller l’intérêt et la curiosité, voire susciter des vocations rebelles. Ça leur permet de repérer ceux qui ne seraient pas encore parfaitement formatés ; là-dessus, ils mettent en place une répression suffisamment sévère et spectaculaire qui aura pour effet de calmer les ardeurs revendicatrices de la populace, et le tour est joué ! Ils sont peinards pour quelques années.

- Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il y est mon cousin, il a tout vu ! s’indigne Pierre. Luke enchaine :

- Il a vu quoi ? Des gens qui courent autour d’un bloc d’immeuble en signe de protestation ? Ou il t’a rapporté les dires des uns et des autres au sujet d’un mouvement soi-disant spontané de solidarité ?

- Qu’est-ce qui te fait dire que c’est un coup monté ? demande Max.

- Parce que Monsieur ne croit pas que les gens en aient marre et puissent avoir le courage de se mobiliser ! dit Pierre indigné. Il préfère croire que c’est de la manipulation, comme ça il peut continuer à ronronner tranquillement dans son quotidien sans bouger le petit doigt, sous prétexte que c’est peine perdue !

- Bien sûr qu’on est manipulé ! s’écrie Luke. Et que les gens en ont marre. C’est bien pour ça qu’ils ont inventé cette histoire de toutes pièces.

- Je ne te suis pas, intervient Max.

- Ils savent très bien dans quel état d’esprit se trouve chacun : ils prennent régulièrement la température grâce à la surveillance à laquelle on est soumis à tous les niveaux. Si jamais un nombre croissant de mécontents se fait remarquer, prêts à se rassembler pour protester, il leur est facile de tuer la rébellion dans l’œuf plutôt que de prendre le risque de la voir s’exprimer ouvertement. Le moyen le plus efficace alors, c’est de provoquer une situation similaire mais sous contrôle, où tout un chacun va pouvoir apprécier ce qui l’attend s’il ose réagir.

- Mais de nos jours de plus en plus de gens en ont assez, ça ne peut pas durer des années, rétorque Max.

Luke éclate de rire.

- Ça fait des années que ca dure ! De temps en temps, y’a comme un pic de chaleur, ça bouge et on a l’impression que ça va changer. Des rumeurs circulent, un incident se produit par-ci par-là, puis ça retombe pour mieux continuer comme avant.

- Ce que tu peux être cynique ! lance Pierre, outré. Et en plus on dirait que ça te fait jubiler. Ça m’déglingue ! Ça me donne envie de réagir, rien que pour te prouver que t’as tort !

- Vas-y ! Qu’est-ce que t’attends ? Ça fait trente ans que t’as pas couru !

Pierre jette un regard noir à Luke, et réplique :

- Et toi, t’es même pas fichu de t’affirmer face à ta femme. C’est parce qu’elle travaille pour eux, c’est ça? T’as peur de te faire gronder ou tirer l’oreille.

- Calmez-vous les gars ! dit Max.

 

Le serveur s’approche de leur table, puis dépose leurs assiettes en leur souhaitant bon appétit avant de s’éloigner. Le silence tendu, qui s’est installé entre eux, persiste alors qu’ils sont à nouveau seuls.

- En tout cas, moi j’ai hâte de savoir comment tout ça va finir, dit Max. Et même si, comme tu le dis Luke, c’est un coup des autorités, il n’empêche que ça peut foirer leur plan. Imagine que dans les faits, il se produise exactement l’inverse de ce qu’ils attendent : que les gens se mettent à y croire vraiment, et décident de passer à l’action.

- Les gens, c’est nous, réplique Luke.

Max le regarde en silence. Luke lui demande calmement :

- T’es prêt a quoi, toi ?

- Et toi ?! lance Pierre à Luke.

3

 

 

Luke jette ses clés dans le petit panier.

Les pas de sa femme résonnent sourdement sur la moquette.

- Tu aurais pu t’annoncer ! Je ne t’ai pas entendu rentrer.

- Et pourtant, tu es là.

Surprise par la repartie inhabituelle de son mari, elle reste sans voix un instant.

- Pour une fois, tu n’as pas oublié le pain ! finit-elle par remarquer.

 

Luke se penche pour retirer ses chaussures, tandis qu’elle repart vers la cuisine de son pas lourd et dur. Le pas de l’autorité, de la raison qui crie haut et fort pour ne pas être contredite, de la non-féminité incarnée, de l’ordre établi qui s’auto-justifie en menaçant de punir, de bafouer, de broyer pour réduire à néant l’idée d’un autre possible.

 

Luke pénètre dans la cuisine pour y ranger le pain dans la huche immaculée. Comme tous les soirs. Il s’apprête à quitter la pièce quand la voix stridente, qui l’agresse cent fois par jour, s’élève :

- La huche !!

Luke s’arrête net et demande d’une voix calme :

- Quoi, la huche ?

Elle est interloquée.

- Mais tu ne l’as pas refermée, enfin! Il faut toujours que tu fasses les choses à moitié ! C’est comme la tringle à rideaux. Elle est encore tombée ce matin et j’ai failli la recevoir sur la tête !

Luke s’éloigne en marmonnant entre ses dents.

- Qu’est-ce que tu dis ?! Tu ne peux pas articuler quand tu parles !?

- Rien, ma chérie. Je vais la réparer à nouveau, ma chérie.

 

A quoi bon arriver à l’heure avec le pain, de toute façon elle va hurler quand même. Elle en a besoin. C’est comme ça qu’elle fonctionne. Machine à cri, se dit Luke. Il hausse les épaules en se dirigeant vers l’entrée où sa boîte à outils est rangée. Bien rangée. Comme tout le reste. Rien ne dépasse. Rien ne se voit qui ne doit être vu.

 

La joie coutumière, qu’il ressent à effectuer ses tâches quotidiennes, l’a déserté. Il doit percer deux nouveaux trous du côté droit de la tringle, car les chevilles ont été arrachées. Ça l’énerve. Elle a sûrement tiré comme une brute en ouvrant le rideau ! Et maintenant tout est à refaire. De toute façon ces murs, c’est de la merde !

 

Luke a presque fini. Debout sur l’escabeau, il essaie tant bien que mal de positionner la tringle chargée du rideau épais. Il y parvient enfin et pousse un soupir de soulagement. Il commence à redescendre de l’escabeau, quand il perd soudain l’équilibre. Il s’agrippe au rideau, bascule en arrière et emporte le tout avant de s’écraser sur le lit. Il se débat sous le poids du tissu ; la tringle en bois lui heurte le front. Il hurle un juron tout en se dégageant rageusement.

La porte s’ouvre.

- Mais qu’est-ce que tu fais ?! Tu n’as pas encore fini ? crie sa femme.

- Je suis tombé !!

- Ce que tu peux être maladroit ! Et tu as défait le lit par-dessus le marché ! Regarde-moi ça !!

Elle se met à tirer frénétiquement sur la housse de couette en tout sens pour en faire disparaitre les plis.

- Le diner est prêt, mais pas toi bien entendu !

Elle repart en frappant le sol d’un pas plus sonore encore que d’habitude, tout en poursuivant sa litanie :

- On ne peut vraiment pas compter sur toi ! Ce que tu peux être nul, bon sang !

 

Luke ne l’écoute plus. Il n’entend plus rien.

 

Il est parfois des situations qui semblent anodines au premier abord, soit par leur caractère familier, soit par leur absence de particularité ou d’aspect extraordinaire, mais qui, pour une raison qu’on ignore, vont se révéler essentielles. C’est au moment où leur intensité atteint son paroxysme, à la limite de la rupture tant la tension est extrême qu’un basculement est sur le point de se produire. Et là, comme si l’impossibilité d’imaginer une suite logique ou normale empêchait toute réalité de se manifester, il se produit une énorme explosion silencieuse...

Le son est coupé.

L’image défile au ralenti.

Alors au lieu d’assister au spectacle de la matière éclatée qui retombe dans un chaos de fin du monde, on voit danser des graines de pissenlits légères et diaphanes dans le vent doux de l’après.

C’est ainsi que se révèle le Nouveau.

 

Dans une fulgurance inattendue, l’inimaginable prend effet sous vos yeux ébahis et incrédules et vous fait sourire, vous ouvrir, écouter… Vous réalisez soudain qu’il existe en effet un autre possible ! Fait de lumière, de grâce et de paix. Comme c’est beau ! Ça ressemble aux rêves d’enfance. Ça brille des promesses auxquelles vous n’avez jamais osé croire. Ça chante une mélodie rythmée qui vous chatouille les pieds, vous attire et vous entraine. C’est gai, simple et ça a un goût de merveilleux !

 

Luke n’en revient pas de voir ce qu’il voit. « Mais oui, c’est évident… C’est là, à portée de main. En moi. Je n’ai qu’à le saisir ! ». Il se relève et sourit. «  L’Après, c’est maintenant ! » lance-t-il à voix haute.

 

 

Il entre dans la salle à manger quelques minutes plus tard.

Sa femme est sous le choc. La bouche grande ouverte et les yeux exorbités, elle le fixe avec horreur et pour la première fois dans toute l’histoire de leur relation… elle reste muette !

Serein et en paix avec lui-même, Luke se tient debout, entièrement nu, à quelque distance de l’endroit où elle s’est attablée pour diner sans l’attendre.

Elle referme vivement la bouche, avale sa salive et finit par bafouiller d’une voix à peine audible:

- Mais qu’est-ce qui te prend ? Qu’est-ce que tu fais ?

Luke lui répond posément, en souriant :

- Je te quitte.

Elle ne dit rien et respire à peine. Son visage est exsangue. Une veine palpite sur son cou. Luke continue sur le même ton :

- Grâce à toi, j’ai compris. Je n’ai plus besoin de toi. Ni de ta haine, de tes cris, de tes délires, de ta médiocrité et de ton impuissance. Je suis libre et je pars.

 

Sur ces mots, Luke se dirige vers la porte, l’ouvre en grand et dévale l’escalier quatre à quatre. Arrivé sur le trottoir, il s’arrête et prend une grande inspiration. Il se sent bien. La ville vibre et étincèle.

 

Il sourit.

Et se met à courir.

Ses talons martèlent le sol dur. L’asphalte défile sous ses pieds nus au rythme de sa course tranquille. Il croise une vieille femme qui lâche son panier en le voyant ; des oranges roulent vers le caniveau. En sautant par-dessus, Luke lance un « hop ! » joyeux et fait un clin d’œil à la dame.

Puis, il poursuit son chemin, savourant les mille et une sensations retrouvées : celle de l’air sur son visage mais aussi sur tout son corps, les pulsations de son cœur, le réveil de ses muscles restés si longtemps inactifs… et tant d’autres encore.

 

Il court.

En souriant. En riant même, car les réactions que suscite son passage sont hilarantes. La même expression de surprise incrédule se lit sur les visages des piétons qui s’écartent instinctivement, voulant absolument éviter tout contact avec lui, comme s’ils avaient peur d’une contamination quelconque.

Une femme, qui n’aurait pas remarqué Luke si son fils ne l’avait pointé du doigt, pousse un cri d’effroi en attirant brutalement son gamin contre elle. Des coups de klaxon, des crissements de pneus suivis de collisions se produisent aux carrefours, jalonnant son parcours de scènes cocasses où règne le chaos.

Luke jubile et court.

Certains font mine de ne pas le voir et détournent le regard, comme ce vigile posté sur le trottoir d’en face, incapable d’intégrer la vision qui s’offre à lui, tant son degré d’improbabilité lui est inconcevable.

 

Alors, Luke continue à courir, le sexe au vent, radieux et libre.

Il s’amuse énormément du désordre qu’il provoque, non qu’il l’ait cherché ou même imaginé. Au contraire, la spontanéité de son acte ne lui a guère laissé le loisir d’en envisager les conséquences. Il a agi impulsivement, mué par un instinct de survie libérateur auquel il n’aurait jamais osé penser jusque là.

 

Et ce qui se produit maintenant est encore plus impensable : Luke perçoit derrière lui, le souffle d’un autre coureur dont le rythme des pas s’accorde au sien. Il se retourne et voit une femme totalement dévêtue qui le suit en le gratifiant d’un sourire lumineux. Il ralentit sa course pour lui permettre de le rejoindre. Sans un mot, ils se sourient et courent à présent côte à côte.

Puis d’autres hommes et femmes de tous âges viennent se joindre à eux, dans leur plus simple appareil, ravis de retrouver leur liberté de mouvement, d’échanger rires et regards complices, de partager la joie d’un acte spontané, dont l’interdiction par la loi révèle toute son absurdité. Interdiction qu’ils décident aujourd’hui, tous ensemble, de reléguer au placard des hérésies du passé.

 

Ils n’ont plus peur.

 

Le cortège grandit. Il enfle à mesure que d’autres hommes, femmes et enfants, emportés par la joie qui émane de cette marée humaine, s’y jettent à leur tour, hilares et nus. Un hélicoptère survole le flot continu qui s’étend dorénavant sur des kilomètres, et retransmet en direct les images de ces manifestants d’un temps nouveau, fous et courageux sans doute, mais libres !

 

Ensemble, ils courent, ils courent, ils courent….